L'Iran par procuration

Image
Publié : 1 mai 2024 | Maoz Israel Reports

Peu de temps après mon arrivée en Israël en 1967, j'ai recherché mon amie Elizabeth que j'avais rencontrée lors d'un voyage organisé en Israël. Ma mère, qui participait régulièrement à ces voyages, a également rencontré Elizabeth et a pensé qu'elle conviendrait à Chuck Kopp, qui tenait à Jérusalem un magasin biblique que son grand-père avait ouvert avant la naissance d'Israël. Ma mère avait raison et, peu de temps après, ils se sont mariés. Comme de nombreux couples à la recherche d'une escapade à proximité, Chuck et Elizabeth ont décidé de prendre des vacances dans le magnifique Liban. 

À l'époque, les touristes affluent pour admirer les beautés naturelles et les sites historiques du Liban. L'économie libanaise était connue pour son secteur bancaire qui attirait les capitaux. Le commerce et les services en font un acteur clé au Moyen-Orient. Les Libanais d'origine chrétienne avaient tendance à réussir financièrement. 

Le Liban est le seul pays arabe à avoir élu un chrétien au pouvoir. En fait, à l'époque, 55 % des Libanais étaient des Arabes chrétiens traditionnels de confession maronite ou autre. Les musulmans sunnites et chiites étaient très minoritaires.

Quelque part, on peut dire que le Liban était considéré comme la Suisse du Moyen-Orient. À leur retour, mes amis m'ont dit que c'était l'un des plus beaux endroits qu'ils aient jamais vus. On avait un peu l'impression d'être en Europe, ses citoyens parlant l'arabe, le français et l'anglais. Bien qu'il n'ait pas de relations avec Israël, le Liban est connu pour être un pays pacifique. 

Le Liban était la Suisse du Moyen-Orient dans les années 1960, avant que les forces islamiques ne prennent le pouvoir.

Yasser Arafat fait son entrée 

Cependant, en 1969, peu après que d'autres nations arabes eurent mené et perdu la guerre des Six Jours contre Israël, un Égyptien nommé Yasser Arafat est devenu président d'une petite milice appelée l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Il s'installe en Jordanie et utilise cette nation pour lancer des attaques terroristes contre Israël. Son pays d'adoption se méfie de son pouvoir grandissant au sein de la population rurale. Finalement, la Jordanie en a eu assez et l'a expulsé, lui et toute sa milice. C'est ainsi qu'ils se sont installés au Liban. 

Après quoi, la population musulmane du Liban s'accroît et les réfugiés - nouvellement appelés "Palestiniens" par Arafat - affluent vers le Liban. La "Suisse de l'Est" perd alors sa majorité chrétienne. Pendant 15 ans, le Liban a souffert d'une terrible guerre civile entre chiites et sunnites, chrétiens et druzes.

Un certain nombre de milices chrétiennes se sont formées pour tenter de protéger les leurs contre les musulmans. Bien entendu, les milices musulmanes ont profité de chaque occasion pour attaquer Israël. Naturellement, Israël a riposté. 

Yasser Arafat, 1977 (Crédit : Reuters)

Israël et la majorité chrétienne

En 1975, l'armée libanaise a commencé à se désintégrer. Un officier chrétien maronite, le major Saad Haddad, qui est devenu chrétien, se sépare de sa brigade d'environ 2 500 soldats chrétiens libanais, auxquels s'ajoutent quelques druzes et même quelques musulmans. Il stationne ses troupes dans le sud, où ses soldats protègent quelque 150 000 citoyens libanais du massacre musulman. 

Le prix à payer pour tenir cette parcelle sud Libannaise était lourd et le commandant Haddad et ses troupes ont commencé à amener leurs blessés à la frontière d'Israël. Il supplie Israël de l'aider. Au cours de cette période, un tiers des patients des hôpitaux du nord d'Israël étaient libanais. L'ouverture de cette frontière est devenue célèbre sous le nom de "La Bonne Barrière".

En 1978, Israël en a assez des attaques terroristes des milices musulmanes dirigées par Arafat et l'OLP. Les FDI envahissent le Liban et repoussent l'OLP de 18 miles jusqu'au fleuve Litani, créant ainsi une zone tampon de 80 miles de long. L'Armée du Sud-Liban (ALS) du commandant Haddad, nouvellement formée, devient un allié loyal, combattant aux côtés des FDI contre l'OLP.  

Mais l'OLP d'Arafat a poursuivi sa campagne de destruction de l'État haï d'Israël. Ses attaques constantes contre la population civile juive ont poussé Tsahal à envahir à nouveau le Liban en 1982, en alliance avec plusieurs grandes milices chrétiennes libanaises. Cette fois, Israël a expulsé l'OLP hors du Liban par la force. 

Mon mari Ari avait servi dans l'armée américaine. Lorsqu'il a immigré en Israël en 1976, il a été rapidement incorporé dans l'armée israélienne et envoyé au Liban en 1982 pour combattre la guerre d'Arafat contre Israël. 

Malheureusement, le commandant Haddad est soudainement tombé malade et, en son absence, ainsi qu'en raison du manque de surveillance de la part des forces de maintien de la paix de l'ONU, Arafat est revenu en l'espace d'un an.

Ari et Shira et leurs deux enfants en visite avec le major Saad Haddad

L'OLP fusionne avec le Hezbollah

De cette marmite en ébullition est née une milice chiite, le Hezbollah (le "parti de Dieu" en arabe). Les Arabes chiites, qui constituaient la frange la plus pauvre de la société libanaise et qui avaient de nombreux griefs, ont volontiers rejoint la milice. En 1982, l'OLP fusionne avec le Hezbollah. L'OLP avait trois objectifs clairs : (1) détruire la nation d'Israël, (2) détruire les citoyens chrétiens du Liban et (3) conquérir le monde avec la religion chiite. 

En 1979, l'ayatollah Khomeini, qui a violemment pris le pouvoir en Iran, avait également trois objectifs clairs : (1) détruire la nation d'Israël, (2) détruire le Grand Satan qu'est l'Amérique, et (3) faire de l'islam chiite la religion du monde. La nation chiite iranienne a vu une occasion à ne pas manquer de faire du Hezbollah le rejeton, la progéniture, le mandataire de sa révolution islamique iranienne. Il deviendrait le principal bailleur de fonds du Hezbollah.

Grâce à l'argent iranien, le Hezbollah a construit un vaste réseau de tunnels bien plus puissant et sophistiqué que celui du Hamas. Alors que le Hamas avait creusé un réseau de tunnels souterrains de 300 miles de long, les services de renseignement de Tsahal concluent que le Hezbollah a créé un vaste système de tunnels dans le sud du Liban, beaucoup plus grand et plus long - de Beyrouth jusqu'à la frontière israélienne.1 À certains endroits, ils traversent même le territoire israélien. 

Lorsqu'il en a eu l'occasion, comme en 2018, Israël a détruit de nombreux kilomètres de tunnels qui traversaient le pays dans le cadre de l'opération Bouclier du Nord. Mais grâce au flux constant d'argent iranien, le Hezbollah a reconstruit depuis lors de nouveaux tunnels parallèles aux anciens. 

Carte des systèmes de tunnels du Hezbollah dans le sud du Liban
(Crédit : Alma Research & Education Center)

La plus grande menace 

Le Hezbollah est de loin la force la plus puissante au Liban. Les forces de maintien de la paix de l'ONU disparaissent dès que les guerriers du Hezbollah apparaissent. En fait, de nombreux Libanais, y compris les 19 % de chrétiens restants, affirment sans hésiter que : "le Hezbollah représente un énorme danger pour le Liban" Au fur et à mesure que le nombre de chrétiens diminuait dans le pays au cours des dernières décennies, la nation s'est détériorée économiquement et culturellement et est aujourd'hui considérée par beaucoup comme un État en faillite.

Actuellement, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, affirme qu'il dispose de 100 000 soldats bien entraînés. De plus, le bras politique du Hezbollah est également une force majeure qui domine la politique libanaise et répand l'influence de l'Iran dans le monde arabe. Aujourd'hui, son chef affirme qu'il dispose de missiles guidés avec précision qui peuvent frapper n'importe où en Israël et empêcher les navires d'atteindre la côte méditerranéenne d'Israël, ainsi que de drones avancés qui peuvent soit frapper, soit recueillir des renseignements.

Israël considère aujourd'hui le Hezbollah comme sa menace immédiate la plus sérieuse, estimant que le groupe terroriste a quelque 150 000 roquettes et missiles dirigés contre lui. En fait, les quelque 100 000 Israéliens vivant en Galilée ont dû quitter leurs maisons depuis le mois d'octobre et vivent actuellement dans des chambres d'hôtel à travers le pays.

Contrairement à Gaza, où le réseau de tunnels sert principalement à héberger des terroristes et des armes légères et à se faufiler sous les quartiers sans se faire repérer pour tirer des roquettes par le bas ou par le haut, au Liban, les tunnels tactiques peuvent être suffisamment grands pour permettre le passage d'énormes camions. Ils permettent aux terroristes de combattre sous terre, de tirer de gros missiles depuis les puits des tunnels et de s'y réfugier, de s'approvisionner en armes à l'intérieur, de se reposer et d'émerger à nouveau. 

Des combattants du Hezbollah pro-iranien prêtent serment lors d'un exercice militaire dans un camp du sud du Liban.

Financé par les États-Unis Entraîné par la Corée du Nord

À l'époque de son leadership, l'administration Obama a débloqué des fonds pour l'Iran à hauteur de 150 milliards de dollars2, ce qui a ouvert la voie à la construction de tunnels dans la bande de Gaza et au Liban. Aujourd'hui, le président Biden a débloqué un autre minimum de 16 milliards de dollars3, bien qu'un autre organisme de surveillance affirme que Biden a en fait donné plus de 50 milliards dedollars4.

Et devinez qui leur a appris à creuser des tunnels ? Personne d'autre que les Nord-Coréens, qui leur enseignent ces techniques depuis les années 1980. Après toutes ces années, le Hezbollah dispose désormais de la technologie et du savoir-faire nécessaires pour creuser ses propres tunnels. En fait, il a créé des entreprises civiles, détenues par des chiites et supervisées par une société appelée Jihad Construction, qui réalisent également un certain nombre de projets agricoles. L'une de ces entreprises, la Mustafa Commercial and Contracting Company, a collaboré avec le Programme des Nations Unies pour le développement.5 

Sites de missiles souterrains du Hezbollah à Baalbek Est, Liban

Le véritable pouvoir derrière l'Iran : L'imam caché

L'Iran est ravi d'avoir créé une monstrueuse machine à tuer avec le Hezbollah. Qu'est-ce qui, dans la religion islamique, pousse ses adeptes à assassiner, violer et torturer ceux qu'ils détestent ? En particulier, qu'est-ce qui les pousse à haïr les Juifs, où qu'ils se trouvent ? Bien sûr, il existe dans le monde des musulmans pacifiques et bienveillants envers leurs voisins, mais on ne peut nier que les régimes islamiques sont enclins à commettre des atrocités et des dépravations incroyables et sauvages.

Dans l'islam chiite, il existe une doctrine de fin des temps. Voici comment cela a commencé : Un homme nommé Muhammad al-Mahdi est entré dans la clandestinité au 9e siècle. Il est devenu connu sous le nom d'Imam caché (Mahdi), considéré comme le douzième Imam. Plus important encore, il est censé réapparaître à la fin des jours, à une époque d'injustice et de tyrannie généralisées. Son retour précédera le jour du jugement dernier. 

Jésus est considéré comme un musulman 

Pour ceux qui ont étudié ne serait-ce qu'un peu, il est clair que les différences entre le christianisme et l'islam sont énormes. Les chiites croient que "Yeshoua n'a pas été crucifié", mais que, comme le dit le Coran, "...on leur a fait croire qu'il était là", ce qui signifie qu'ils croient qu'une personne ayant l'apparence de Yeshoua a été crucifiée à sa place. 

Ils croient également que le prophète Yéshoua reviendra sur terre pour être comme un ministre soumis à l'imam Mahdi et que sa principale mission sera de corriger le dogme de la Trinité et de clarifier sa nature humaine et sa servitude à Allah. L'imam et le prophète Yeshoua apporteront ensemble la paix au monde. Cette figure eschatologique est au cœur de la théologie chiite.

Selon de nombreux documents et articles, comme celui-ci paru dans le Jerusalem Post6, cette croyance apocalyptique est largement répandue chez le chef suprême de l'Iran et ses partisans. Il cite l'ayatollah iranien Mohammad Mirbagheri : "Pour que l'imam caché réapparaisse, nous devons nous engager dans une lutte généralisée contre l'Occident". 

Plusieurs groupes djihadistes comme ISIS agissent en croyant que leur terrorisme hâtera l'apparition du Mahdi. Les chefs fanatiques sont convaincus qu'à la fin des temps, l'Imam caché apparaîtra au milieu d'un violent scénario apocalyptique joué sur un front de bataille taché du sang des infidèles.

Le professeur Moshe Sharon (86), l'un des plus grands spécialistes du Moyen-Orient en Israël, est convaincu que la majorité des Israéliens n'ont aucune idée de la profondeur de la haine des Juifs et d'Israël qui est enracinée dans l'Islam.

Et qu'est-ce que ces musulmans croient qu'il adviendra des Juifs dans ce chaos ? Selon les hadiths (paroles du prophète Mahomet), la fin des temps n'arrivera pas tant que les musulmans n'auront pas tué tous les Juifs, à l'exception de ceux qui choisiront de se cacher derrière des arbres et des pierres. 

Le hadith poursuit en recommandant aux musulmans de faire l'effort de regarder derrière les arbres et les pierres, car des Juifs pourraient s'y cacher, afin de ne pas manquer d'en trouver.7

Le mot "paix", en tant que concept politique dans l'islam, n'existe qu'au sein de la nation collective des musulmans. Il n'y a pas de paix entre les musulmans et les juifs et/ou les chrétiens. 

Soudainement

Alors que je travaillais sur cet article, j'ai soudain vu apparaître sur mon téléphone une annonce selon laquelle des avions sans pilote et des missiles de différentes variétés avaient été lancés par l'Iran en direction d'Israël et arriveraient dans plusieurs heures. Je me suis concentré sur la prière, sur ma confiance en Dieu et sur la fin de cet article. Peu après, j'ai commencé à recevoir des SMS de mes amis et associés dans de nombreux pays, qui priaient et s'enquéraient de notre sécurité. 

J'ai lu les dernières nouvelles, mais aucune roquette, aucune sirène n'a retenti dans notre banlieue proche de Jérusalem. Puis, à une certaine distance, j'ai commencé à entendre un certain nombre de détonations qui s'avéraient être des missiles abattus par notre armée de l'air au-dessus de Jérusalem. 

Ci-dessus : Israël abat des drones-suicides et des missiles iraniens au-dessus du Dôme du Rocher. À gauche : un Israélien pose avec les restes d'un missile après l'avoir sorti de la mer Morte avec son camion. Selon les informations, cette section n'était que le réservoir de carburant du missile géant qui a dévié de sa trajectoire lorsqu'il a été abattu par la défense antiaérienne israélienne. Il est capable de transporter 750 kilos d'explosifs ou une ogive nucléaire.
(Droits de la section 27a)

Un souvenir que les Israéliens n'oublieront jamais est celui d'avoir vu Israël protéger les lieux saints de l'islam en abattant des missiles au-dessus du Dôme du Rocher, l'ancien site du Mont du Temple. Oui ! Une fois de plus, Israël a dû protéger les musulmans des attaques musulmanes.

Le lendemain, alors que l'histoire commençait à se dévoiler, elle dépassait tout ce que j'aurais pu imaginer. 170 drones et 150 missiles ont été détruits par l'IAF grâce à cette coalition soudaine des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne, de la Jordanie et même de l'Arabie saoudite ! Sur plus de 300 projectiles, 99 % ont été détruits avant d'atteindre Israël ! 

Ce fut une véritable nuit de témoignage du verset "Aucune arme formée contre toi ne réussira". Israël a répondu quelques jours plus tard par une attaque délicate. Le message était clair : "Nous pouvons facilement causer plus de dégâts, mais pour l'instant, nous ne le ferons pas". Même si l'ampleur et les ramifications de cette réponse prendront du temps à se manifester, nous, ses disciples, sommes confiants en une chose : Dieu est le même Dieu. Hier. Aujourd'hui. Pour toujours.

Droits conférés par l'article 27 bis

Il est important de noter que, contrairement à la majorité des Arabes palestiniens (dans les sondages) qui soutiennent massivement les efforts terroristes du Hamas et du Hezbollah pour détruire Israël, la grande majorité des Iraniens ne soutiennent pas la haine de leur gouvernement à l'égard d'Israël et expriment très clairement leur désir de liberté et de paix entre les deux nations.
Ce lien fascinant entre les peuples est évident : les deux parties partagent souvent leurs affections sur les médias sociaux et les Israéliens ont même organisé des rassemblements de solidarité lorsque les Iraniens sont descendus dans la rue pour protester contre l'oppression de leur gouvernement.


Partager :